La prévention des allergies alimentaires

prévention allergies alimentaires jeune enfant et bébé 3

Sommaire de l'article

Que fait-on pour prévenir les allergies alimentaires ?

Lorsqu’il est question de prévention des allergies alimentaires, il y aurait différentes choses à mettre en place pour informer les futurs et jeunes parents. Tout comme la diffusion d’informations sur l’allaitement maternel doit être plus importante. Dans chaque projet de grossesse ou chaque préparation à l’accouchement, les mamans doivent connaître les informations de base. Les allergies alimentaires (AA) sont en recrudescence depuis plus de 15 ans.

Ne doivent pas être seulement informés les familles qui ont déjà le gène de l’atopie. Pour rappel, l’atopie est une tendance à être plus sensible aux allergènes. Selon les études au début des années 2000 déjà montraient que 10 à 15 % des enfants développer une atopie sans antécédents familiaux.

Quelles sont les données importantes connues sur les AA ?

Pourquoi aujourd’hui la prévention des allergies alimentaires en France doit être au coeur des préoccupations du corps médical pédiatrique ? Voici les informations essentielles à retenir :

📌En 2017, leur prévalence en France est estimée, selon l’INSERM, 5 % chez l’enfant (on parle ici que des allergies ige-médiées)

📌La Société Française d’Allergologie déclare que 60% des allergies aux protéines de lait de vache chez les enfants sont des formes digestives (retardées).

📌Les allergies toutes confondues représentent la 4ème maladie chronique au monde selon l’OMS.

📌En 2015, l’OMS informe qu’en 2050, une personne sur 2 sera concernée par une allergie.

La prise en charge des allergies alimentaires en réalité

prévention allergies alimentaires jeune enfant et bébé 2

Nous constatons déjà que le corps médical n’est pas forcément formé en allergies alimentaires et encore moi celles du jeune enfant. La prévention des allergies alimentaires est donc quasi-inexistante.

Il en est de même que les allergologues ne sont pas tous sur la même longueur d’onde concernant les informations à transmettre.

De plus, s’il y a un allaitement maternel, l’histoire se corse lorsque l’on parle d’allergènes dans le lait maternel. Malgré les études et les faits, certains médecins refusent de croire en cette possibilité.

Finalement, lorsqu’il y a pour certains une prise en charge qui démarre, personne n’aura le même parcours. Des allergologues ne reconnaissent pas les allergies alimentaires retardées, d’autres ne veulent pas tester les bébés avant un certain âge

La diversification alimentaire et allergie, qu’en est-il ?

Sachant qu’une étude française réalisée sur 15000 enfants nés en 2011, a mis en lumière la recrudescence des polyallergies chez les jeunes enfants avant 6 ans. La prévention et l’information sur la diversification et sur l’introduction des allergènes dans l’alimentation devraient être relatées par tous les pédiatres voire inscrite dans les carnets de santé.

Quel accompagnement est proposé aux jeunes parents ? Au lieu de diffuser des campagnes publicitaires sur les produits laitiers, peut-être s’intéresser à la diversification alimentaire dans sa globalité ?

Je me tiens à votre disposition pour apporter un suivi aux jeunes parents inquiets et désireux d’avoir des informations complètes.

Quelle prévention face aux allergies alimentaires finalement ?

Grâce à mon expérience professionnelle et mes formations, il y a plusieurs choses que l’on pourrait généraliser. Ceci dit, à ce jour il n’est pas possible de savoir si cela va changer quelque chose. Seulement, je pense qu’essayer de réduire le risque de développer des allergies est préférable pour nos enfants.

La première chose que je proposerai serai de travailler sur la future maman, si possible au stade de projet de grossesse. Le mieux serait d’abord d’améliorer son propre microbiote, celui qu’elle transmettra à son enfant. Sa nutrition joue aussi un rôle essentiel.

La deuxième action est d’éloigner le plus, la future maman pendant sa grossesse des effet négatifs (médicaments, stress, malbouffe, etc). La grossesse peut participer aussi à la prévention. Par exemple, j’ai remarqué que beaucoup de mamans vaccinées pendant leur grossesse, avaient des nouveau-nés polyallergiques.

La troisième attention à porter serait sur le déroulement de l’accouchement. Privilégier un accouchement naturel par voie basse aurait été prouvé comme permettant la diminution des facteurs d’allergies.

prévention allergies alimentaires jeune enfant et bébé

Pour finir, par un quatrième fait qui est de plus en plus répandu : la surprescription d’antibiotiques pendant les premiers mois du bébé. Ces médicaments qui perturbent le microbiote intestinal et par conséquent le système immunitaire de l’enfant.

L’accompagnement dans la prévention des allergies alimentaires

Mes accompagnements évoluent afin d’accompagner de plus en plus de parents et futurs parents face à cette problématique récurrente. Je proposerai prochainement des suivis avec d’autres professionnelles afin qu’il y est un dimension pluridisciplinaire.

Si vous avez des questions, contactez-moi ou laissez un commentaire

A bientôt. Alison

Voir Aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.